Seminario internacional, Santiago de Chile

Le 27 et 28 septembre 2018, Marina Rieznik a participé au Séminaire international La construction global du ciel. Réseaux astronomiques mondiaux, institutions locales. Cette rencontre s’est tenue à l’Universidad de Chile (Santiago de Chili). Marina Rieznik a parlé des expéditions françaises en Patagonie. 

Flyer du séminaire tenu au Chili.

Colloque « Le Bureau des longitudes au prisme de ses procès-verbaux (1795-1932) »

Dans le cadre du projet ANR « Le Bureau des longitudes (1795-1932) : de la Révolution française à la Troisième République », nous organisons un colloque qui portera sur Le Bureau des longitudes au prisme de ses procès-verbaux (1795-1932).

Ce colloque aura lieu dans la salle J. -F. Denisse de l’Observatoire de Paris le mardi 11 décembre 2018.

Nous invitons les conférenciers à proposer des communications courtes (20 minutes) centrées sur un ou plusieurs procès-verbaux du Bureau des longitudes. Tout type d’intervention est la bienvenue, qu’elle porte sur la création du Bureau des longitudes en 1795, sur sa séparation avec l’Observatoire de Paris en 1854, sur son développement sous le Second Empire, sur le rattachement des observatoires de province aux facultés des sciences ou encore sur les périodes de Guerre (1870, 1914-1918). Il en va de même pour d’autres sujets d’études : astronomie coloniale, circulation des instruments, parcours d’un acteur ou d’un groupe d’acteurs, activités éditoriales, études comparatives, analyses disciplinaires (géodésie, métrologie, météorologie, calcul de la différence de longitude, télégraphie avec et sans fil, astronomie), etc. 

Les langues officielles sont : français et anglais. 

Ce colloque débouchera sur la publication d’un ouvrage collectif en 2020. Il consistera en une édition critique et commentée d’une sélection de procès-verbaux représentatifs de l’évolution historique de cette institution. 

Les propositions de conférences, comportant un titre et un court résumé, doivent être envoyées avant le 15 octobre 2018 à Martina Schiavon (martina.schiavon@univ-lorraine.fr) et à Laurent Rollet (laurent.rollet@univ-lorraine.fr).   

European Society for the History of Science, Londres, 14-17 septembre 2018

Martina Schiavon et Laurent Rollet ont organisé le symposium
The Bureau des Longitudes (1795-1932): Cooperation and Competition Networks qui s’est tenu à Londres le dimanche 16 septembre à l’Institut of Education.

La session du matin, introduite par Martina Schiavon et Laurent Rollet, a été suivie par deux conférences :

  • Richard Dunn, « After 1815: British science through a French prism » ;
  • Belteki, Daniel,  « A Model Instrument – Exhibiting the Airy Transit Circle at the Exposition Universelle 1855 ».

Robert Fox a clôturé la session du matin.

Dans la session de l’après-midi, présidée par Robert Fox, nous avons entendu :

  • Martina Schiavon et Laurent Rollet, « 1919: War and Post-War debates inside the French Bureau des longitudes »;
  • Colette Le Lay, « Hippolyte Fizeau’s fight against a magnetic explanation of sunspots and solar flares »;
  • Frédéric Soulu, « French Time and Maghreb Space: the factory of time in the empire ».

Les résumés des interventions sont disponibles ici.

Colette Le Lay parle d’Hippolyte Fizeau, membre du Bureau des longitudes.
Robert Fox présente la conférence de Frédéric Soulu.

XXXVII Scientific Instrument Symposium, Leyde et Haarlem, 3-7 septembre 2018

Le symposium de la Scientific Instrument Commission a eu lieu du 3 au 7 septembre 2018 au Rijksmuseum Boerhaave (Leyde – Pays Bas) et au Teylers Museum (Haarlem – Pays Bas). Le sujet général de la conférence portait sur Instruments and the ‘Empire of Man over Things’. 

Plusieurs membres du projet BDL 1795-1932 y ont participé, dont Richard Dunn, Pedro Raposo et Martina Schiavon.

Conférences au Teylers Museum (Haarlem)

Plus d’informations à l’adresse https://rijksmuseumboerhaave.nl/sic2018/

Argentine et Brésil dans l’observation du passage de Vénus – Expéditions françaises en Patagonie

Le 29 août 2018 Marina Rieznik présentera une conférence sur : « Las expediciones francesas en la Patagonia como entramados de política internacional » dans le cadre de la rencontre « Argentina e o Brasil na Observação do trânsito de Vênus » (http://www.mast.br/index.php/pt-br/component/content/article.html?id=4002).

Cette conférence aura lieu au Museo de Astronomia e Ciências Afinis de São Cristóvão en Brasil et elle sera accessible, à 19h (heure de Paris), à l’adresse: https://www.facebook.com/museuastronomia/.

Méthodes biographiques et prosopographiques

Le 15 juin 2018, Martina Schiavon et Laurent Rollet organisent la séance Méthodes biographiques et prosopographiques, dans le cadre de séminaires des mathématiques à l’Institut Henri Poincaré (salle 314, de 14h à 18h).

La prosopographie trouve sa source dans l’épigraphie et l’histoire ancienne. Longtemps considérée comme une discipline auxiliaire de l’histoire, consacrée à l’étude des élites sociales et politiques, elle est peu à peu sortie de ce cercle restreint pour devenir une méthode historique standard dans un grand nombre de champs disciplinaires, dont l’histoire des mathématiques. Le développement de l’informatique, des bases de données et, plus récemment, des humanités numériques, expliquent sans doute cette revalorisation. La prosopographie participe des approches biographiques qui ont été profondément renouvelées ces dernières années à travers l’étude des parcours d’acteurs « ordinaires » dont les traces historiques sont pour le moins ténues. Comment constituer une base de données prosopographique ? Quels sont les outils disponibles ? Comment constituer un corpus prosopographique ? Que nous apprennent les approches prosopographiques sur les frontières disciplinaires et sur les circulations d’acteurs ? Quel type d’histoire des sciences et en particulier des mathématiques permettent-elles d’élaborer ? Comment les valoriser ? Telles sont les questions que nous avons posées à nos quatre intervenants pour cette séance du Séminaire d’histoire des mathématique qui se conclura par une réflexion générale sur les relations entre approches prosopographiques et biographiques.

Au programme :

  • Viera Rebolledo-Dhuin, Prosopographie des gens du livre au 19e siècle. Sources, méthodes, analyses ;
  • Pierre Verschueren, Prosopographie des docteurs ès sciences (1945-1968) : sources, méthodes, problèmes ;
  • Laurent Rollet et Julien Muller : Pour une biographie de masse des acteurs des mathématiques aux 19e – 20e siècles : présentation du projet ProsopoMaths

La séance sera suivie par une discussion générale.

Loïc Petitgirard aux Archives Henri Poincaré

La septième Grande Conférence des Archives Henri-Poincaré (Université de Lorraine et Université de Strasbourg) aura lieu le mercredi 4 avril prochain : Loïc Petitgirard (Conservatoire national des arts et métiers / Laboratoire HT2S), proposera une conférence intitulée :

« Des mathématiques dans l’instrumentation, une perspective historique ».

Les mathématiques et l’instrumentation scientifique entretiennent des rapports de long terme, qui ont été profondément modifiés avec l’ordinateur, depuis le milieu du 20ème siècle. Mais cet instrument particulier ne doit pas occulter ceux qui ont servi à représenter graphiquement et élaborer des solutions, ou encore les instruments utiles dans une perspective heuristique ou pour poser des conjectures. L’exposé est une invitation à explorer cet « à côté » de l’ordinateur, depuis 1950, en suivant la transition entre technologies analogiques et numériques dans l’instrumentation. On partira de l’exemple de l’optique et de la spectroscopie qui ont intégré les mathématiques de Fourier, pour imaginer de nouveaux instruments, d’abord analogiques puis numériques. On pourra revenir sur les questions d’analyse (mathématique et physique) des systèmes dynamiques non linéaires, pour laquelle calculs et images dépendent des possibilités offertes par les instruments. Cela permettra de cerner, dans différents lieux et contextes, les rapports bilatéraux entre des mathématiques développées pour l’instrumentation, et des instruments propres à résoudre des problèmes mais aussi à générer des outils et des savoirs mathématiques.

La conférence aura lieu à Nancy, à l’Université de Lorraine, dans la salle internationale de la Maison des sciences de l’homme Lorraine, 91 avenue de la Libération, Nancy, (3e étage, salle 324).  

Symposium de l’European Society for the History of Science

La proposition de symposium de Martina Schiavon et de Laurent Rollet dans le cadre de l’European Society for the History of Science Biennial Conference and British Society for the History of Science Annual Meeting, qui aura lieu à Londres du 14 au 17 septembre 2018, a été acceptée.

Voici le résumé du symposium « The Bureau des longitudes (1795-1932) Cooperation and competition networks »

Created in 1795, the Bureau des longitudes was an international academy devoted to science and technology: a place for collective expertise and an advisory committee for the French government. It played a primary role in the organization and development of astronomy and celestial mechanics, the adoption of the decimal metric system, the definition and implementation of times scales, the emission and transmission of time signals, the development of earth physics and dynamical geodesy and the organization of major scientific expedition. From the 19th to the 20th century, its prestigious members – scientists, military and navy officers, and precision instrument makers – organized and participated to various national and international projects: the international geodetic association, the spread of standardization and the study of units of measurement, the emission of time signals, the adoption of Greenwich meridian, … The Bureau des longitudes is thus a crucial place to study various cooperation and competition processes: from science to technology passing through military, from scientific diplomacy to politics passing through economy, and reverse. This symposium will be devoted to the analysis of these question, more precisely:

Circulation and priority conflicts about instruments and scientific discoveries / Influence of wars on scientific organizations / Cooperation, rivalry and priority dissensions / Conflicts / collaboration between amateur and expert / Editorial rivalries (for instance between La connaissance des temps and others ephemeris) / Metrology, metrical system, almanac and annuaires / Professional and institutional rivalries (scientists, military men, precision instrument makers, etc.) / Unity and discord between Center(s) and Peripher(ies)

Bibliography

Schiavon, Martina and Rollet, Laurent (eds.) (2017), Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932) (Nancy: PUN-Éditions universitaires de Lorraine).

Il est encore possible de soumettre des abstracts pour ce symposium (avant le 28 février 2018).

Découverte d’un important fonds d’archives du Bureau des longitudes


En juillet 2017, les membres du projet ANR ont découvert l’existence d’un important fonds d’archives du Bureau des longitudes dans la cave des Archives de l’Académie des sciences. Ces documents représentent environ 30 mètres linéaires d’archives. Elles permettent de compléter les informations présentes dans les procès-verbaux du Bureau des longitudes : correspondances passives et actives, journaux d’observation, documents budgétaires, inventaires d’instruments, dossier de carrière de calculateurs.

Cette précieuse ressource n’est pas accessible au public pour l’instant. Son inventaire est en cours d’élaboration.

Publication du livre « Les références de temps et d’espace »

Claude Boucher, président du Bureau des longitudes, a coordonné, en collaboration avec Pascal Willis, membre-correspondant de cette institution, un volumineux ouvrage collectif consacré aux référentiels de temps et d’espace : Les références de temps et d’espace – Un panoroma encyclopédique : histoire, présent et perspectives (Hermann 2017, 483 pages).

La présentation de la quatrième de couverture

« Les systèmes de navigations par satellite tels que GPS ou le futur système européen Galileo offrent un éventail impressionnant de possibilités nouvelles aussi bien au grand public qu’aux professionnels (navigateurs, topographes…). L’évolution du niveau des mers est un paramètre-clé du changement climatique, tant pour sa compréhension que pour son impact sociétal. L’exploration planétaire par les missions spatiales produit un nombre croissant de résultats pour la connaissance de notre Système solaire. La vérification et l’amélioration des théories de la gravitation est actuellement une activité importante de la Physique fondamentale. Un facteur commun est sous-jacent à tous ces constats : le rôle crucial des références de temps et d’espace. C’est l’ambition de cet ouvrage que d’offrir une brève encyclopédie sur ce domaine. Partant d’un panorama historique qui insiste sur l’évolution des concepts, il aboutit à une présentation de l’état actuel, illustrant le rôle majeur des techniques spatiales, et surtout des horloges atomiques qui placent le temps comme élément fondamental sur le plan métrologique. »

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Journée de la Revue d’histoire des mathématiques à l’Institut Henri Poincaré (1 décembre 2017)

Le 1er décembre 2017 l’Institut Henri Poincaré a accueilli la journée d’études de la Revue d’histoire des mathématiques. Laurent Rollet (Archives Henri Poincaré) y a donné une conférence sur l’histoire du Bureau des longitudes durant la Première Guerre mondiale : « 1914-1918 : Le Bureau des longitudes dans la Guerre et la redéfinition de l’internationale scientifique ».

Plus de détails sur cette journée, voir ici.

Instructional Conference (École) of GDR 3398

Martina Schiavon et Laurent Rollet ont participé à l’École du GDR 3398 Mathématiques en circulation e en mutation : textes et théories dans le temps et dans l’espace, qui s’est tenue au CIRM – Luminy, du 6 au 10 novembre 2017.

Laurent Rollet a animé, avec Caroline Ehrhardt (Université Paris 8), un atelier intitulé « Comment reconstituer la carrière d’un enseignant aux XIXe-XXe siècles d’après les documents des Archives nationales ».

Martina Schiavon, avec Maarten Bullynck (Université Paris 8), a animé l’atelier « Transmission de savoirs mathématiques dans la pratique scientifique », avec l’intervention Instruments, mathematicians in the French Bureau des longitudes (1795-1932). 

 

Publication d’un ouvrage sur l’histoire du Bureau des Longitudes

Martina Schiavon et Laurent Rollet ont coordonné un ouvrage dédié à l’histoire du Bureau des longitudes.

Intitulé Pour une histoire du Bureau des Longitudes, ce livre collectif rassemble les contributions de neuf chercheurs français et étrangers. Il est publié aux Presses Universitaires de Lorraine – Editions universitaires de Lorraine, dans la collection « Histoire des institutions scientifiques ». Ce livre fait suite à plusieurs opérations de recherches menées au sein des Archives Henri Poincaré et de la Maison des sciences de l’Homme Lorraine.

Pour plus de détails et pour toute commande voir ici.

Quatrième de couverture

Qu’est-ce que le Bureau des longitudes? Peu connue du grand public, cette institution a été créée en 1795, à l’initiative de l’abbé Grégoire. Au cours de ses 222 années d’existence, elle a accueilli des grands noms de la science française (Pi erre-Simon de Laplace, Jérôme de Lalande, Henri Poincaré, Louis de Broglie) ainsi que des militaires, des navigateurs et des fabricants d’instruments. Elle a été un lieu de savoir hybride, à mi-chemin entre une académie scientifique et un espace d’administration des sciences et des technologies. Jusqu’en 1854, le Bureau des longitudes a exercé une tutelle administrative et scientifique sur l’Observatoire de Paris et sur l’ensemble de l’astronomie française. À ce moment-là, son histoire traverse déjà celle de l’astronomie, de la navigation, de la géodésie, de la mécanique céleste, de la cosmologie, des sciences physiques ou de la métrologie. Vers la fin du 19e siècle, ses compétences s’élargissent même aux domaines de la physique du globe et de la géodésie dynamique. L’objectif de cet ouvrage est de poser des jalons pour une histoire du Bureau des longitudes, de la Révolution française à la Troisième République. Les contributions rassemblées ici explorent quelques aspects de cette histoire: son rôle dans l’administration, le contrôle et l’expertise des sciences mathématiques et astronomiques, son rayonnement international et ses représentations dans l’espace public et culturel.

Table des matières

Introduction

Nicole CAPITAINE (Bureau des Longitudes) : Préface

Martina SCHIAVON et Laurent ROLLET (Université de Lorraine / Archives Henri Poincaré / MSH Lorraine) : Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932)

Suzanne DEBARBAT (Bureau des Longitudes, Observatoire de Paris) :  L’évolution administrative du Bureau des Longitudes : une approche par les textes officiels

Expertiser, Administrer, Contrôler

Guy BOISTEL (Université de Nantes, Centre François Viète) : Profession calculateur du Bureau des Longitudes et de la Connaissance des temps. Du (presque) bénévolat à la professionnalisation, 1795-1905

Jean-Marie FEURTET (Agence bibliographique de l’Enseignement Supérieur, Montpellier) : Une lente mise en orbite : l’observatoire de Marseille et le Bureau des Longitudes (1795-1822)

Nicolas POUVREAU (Université de Nantes, Centre François Viète, Service hydrographique et océanographique de la Marine) : Les mesures du niveau de la mer à Brest d’hier à aujourd’hui : l’observatoire méconnu du Bureau des Longitudes.

Perspectives internationales

Fernando B. FIGUEIREDO (Astronomical Observatory, Department of mathematics, University of Coimbra) :  Astronomical and Nautical Ephemerides in late 18th Century Portugal

Karel DAVIDS (Vrije Universiteit Amsterdam, Faculté of Arts) : Florijn, Van Swinden and the Longitude Committee (1787-1818)

Richard DUNN (National Maritime Museum, Greenwich) et Rebekah HIGGITT (University of Kent, School of history) : The Bureau and the Board – Change and Collaboration in the Final Decades of the British Board of Longitude

Le Bureau des Longitudes dans l’espace public

Colette LE LAY (Université de Nantes, Centre François Viète) : Lalande, Arago et les comètes : utiliser les peurs pour les combattre ?

Frédérique Rémy (Observatoire Midi-Pyrénées, Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales) : Le Bureau des Longitudes et les glaces polaires au 19e siècle

25th International Congress of History of Science and Technology (Río de Janeiro, 23-30 juillet 2017)

Plusieurs membres du projet BDL 1795-1932 participeront au 25e Congrès international d’histoire des sciences et technologie qui aura lieu à Río de Janeiro (Brési) du 23 au 30 juillet 2017.

Marina Rieznik (Conicet-UNQ-UBA. Argentina) fera une intervention lors de la session « Observatories and modern Nation-building since the Nineteenth Century » (organisée par Charlotte Bigg et Rodrigo Booth) sur : « Bureau des Longitudes, popular astronomy and the foundation of the La Plata`s observatory » dont voici le résumé :

In 1882, in Argentina, the governor of Buenos Aires province and members of France’s Bureau of Longitudes fostered one of the international missions that were observing the transit of Venus across the sun. The local government claimed that instruments they used would serve in the founding of an observatory in La Plata. In this talk I stress the interrelationships between the foundation of that observatory and the popular spreading of news about the transit of Venus. The interest is to get into the historical construction of the assumption that claims that there is a clear limit between amateur records and scientific registry. Also we will show that the competitions between observatories were involved in the construction of that limit.

 

Habilitation à diriger des recherches de Martina Schiavon

Le mardi 4 juillet 2017, Martina Schiavon soutiendra son habilitation à diriger des recherches qui a pour titre :

« De l’histoire de la géodésie au 19e siècle à l’histoire du Bureau des longitudes (1795-1932). Acteurs secondaires, instruments scientifiques et faires».

La soutenance aura lieu à 9h30, à l’Institut de Mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche, UPMC, 4 place Jussieu, barre 15-16, 4e étage, salle 417.

Le jury sera composé de :

Erika LUCIANO, professeure à l’Università degli Studi di Torino, rapporteur;

Rossana TAZZIOLI, professeure à l’Université de Lille 1, rapporteur;

Thomas ARCHIBALD, professeur à la Simon Fraser University, rapporteur in absentia;

David AUBIN, professeur à l’UPMC-Sorbonne Université, examinateur;

Nicole CAPITAINE, astronome à l’Observatoire de Paris et au Bureau des longitudes, examinatrice;

Hélène GISPERT, professeure à l’Université Paris-Sud, examinatrice;

Pascal GRISET, professeur à l’Université Paris Sorbonne, examinateur;

Philippe NABONNAND, professeur à l’Université de Lorraine, examinateur;

Dominique TOURNES, professeur à l’Université de la Réunion, examinateur.