Séminaire “L’instrument scientifique : objet de recherche et de valorisation”, Nancy, 6 juin 2019

Organisé dans le cadre du projet ANR BDL 1795-1932.

Le séminaire aura lieu à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine, place Godefroy de Bouillon, bâtiment G, salle G04, rez-de-chaussée.

Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Le séminaire pourra être suivi en direct sur internet (pour plus de détails, écrire à Martina Schiavon).

L’histoire du Bureau des longitudes et de l’instrumentation scientifique sont intimement liées. Lors de sa création en 1795, le Bureau des longitudes est institué dépositaire de « tous les instruments d’Astronomie » de la Nation. Il est chargé de vérifier les instruments de la Marine et diffuse, en France comme à l’étranger, des instruments reposant sur l’usage du système métrique. Par la suite, alors qu’il couvre désormais un large spectre de disciplines scientifiques (dont la géodésie et les sciences de la Terre), le Bureau des longitudes jouera un rôle essentiel dans la conception et la réalisation d’une vaste gamme d’instruments scientifiques, en s’appuyant sur la collaboration de membres appartenant aux armes savantes et « artistes ». Ainsi, les procès-verbaux du Bureau des longitudes (http://bdl.ahp-numerique.fr/) témoignent, et sur la longue durée, de formes diverses d’investissement dans la conception, la fabrication, le test, la diffusion, etc. d’une grande variété d’instruments scientifiques.

Lors de cette rencontre d’une demi-journée, nous nous proposons d’interroger la définition d’instrument sur la longue durée. Notre propos est double. D’une part, il s’agira de questionner l’histoire d’un « objet » en relation à la richesse des procès-verbaux du Bureau des longitudes : comprendre les difficultés de conception ; identifier les constructeurs ; leur associer les lieux et usages ainsi que les améliorations et/ou adaptations conçues par des acteur.s et/ou de communautés variés ; étudier les réseaux de diffusion en France et à l’étranger, les enjeux de concurrence et de rivalités, etc. D’autre part, nous réfléchirons aux diverses manières de valoriser un patrimoine instrumental en prenant en compte en particulier la réalisation d’un tableau d’instruments scientifiques (ceux qui sont cités dans les procès-verbaux du Bureau des longitudes) et, plus généralement, la numérisation 3D.

PROGRAMME :

14h00 – 14h45 : Thierry Bonnot (CNRS/IRIS), « La biographie d’objets : études de cas, méthodes et cadre théorique » 

15h00 – 15h45 : Frédéric Soulu (Archives Henri Poincaré – PReST), « Les instruments scientifiques au Bureau des longitudes : enjeux et difficultés de la création d’une base de données »

16h00 – 16h45 : Loïc Jeanson (Centre François Viète) avec la participation d’Amandine Bérard (Centre François Viète), « Modélisation numériques des cercles méridiens, exemples d’exploration et d’exploitation »

17h – 17h30 : Discussion animée par Jean Davoigneau (Mission de l’inventaire général du patrimoine culturel – ministère de la Culture)

Conférence de Martina Schiavon : “Sur les relations entre patrimoine, sciences astronomiques et société : le projet Bureau des longitudes (1795-1932)”, Neuchâtel, 2 avril 2019

L’intervention de Martina Schiavon s’inscrit dans le Cycle de conférences “Temps sciences et société” organisées dans le cadre du projet FSN L’Observatoire cantonal de Neuchâtel (1858-1948) : cultures de la précision, économie de la qualité et marchandisation de l’heure, dirigé par Gianenrico Bernasconi ; le Laboratoire Temps-Fréquence de l’Université de Neuchâtel ; l’association pour la création d’un Musée de la science et de la technique à Neuchâtel (AMSTN) et la Fondation Suisse pour la recherche en microtechnique (FRSM).

Plus d’informations ici : https://www.unine.ch/histoire/home/recherche/projets_fns_en_cours_1/en-cours/lobservatoire-de-neuchatel.html

Journée des recherches à l’ESPE de Lorraine

Une journée des recherches est organisée par Youssef Tazouti, chargé de mission recherche de l’Espe de Lorraine. Cette journée a eu lieu à l’ESPE de Lorraine le 13 mars 2019 avec l’objectif de faire connaissance entre les enseignant.e.s chercheur.e.s de l’ESPE de Lorraine par une présentation de quelques recherches en cours.

Martina Schiavon a présenté un exposé intitulé :” Du patrimoine scientifique à la recherche : le projet ANR Le Bureau des longitudes (1795-1932) : de la Révolution française à la Troisième République“.

Rencontre avec les membres du Bureau des longitudes (5 février 2019, Salon de l’Académie)

Martina Schiavon et Laurent Rollet rencontrerons les membres du Bureau des longitudes le 5 février 2019. Ils donneront un exposé qui portera sur Bilan et perspectives du projet ANR « Le Bureau des longitudes (1795-1932) : de la Révolution française à la Troisième République » (Septembre 2016-Janvier 2019).

Voici le résumé de leur rapport d’étape : “Depuis deux ans, nous sommes engagés dans un projet ANR dédié à l’histoire du Bureau des longitudes sur le temps long. Dans cet exposé, nous reviendrons sur le programme et l’organisation scientifique de ce projet. Nous rendrons compte des activités de valorisation réalisées à ce jour et nous présenterons les perspectives d’actions pour les deux prochaines années.”

Participation de Marina Rieznik au Workshop “Diálogos sobre imágenes astronómicas en América siglos XVI-XIX”, Ciudad de México, 31 janvier 2019 – 1 février 2019

Dans sa présentation “El pasaje de Venus y la Carte du Ciel a fines del siglo XIX en la Argentina. Una reflexión en torno a las funciones variables de las imágenes astronómicas” Marina Rieznik (Conicet, UBA & UNQ Argentine, membre du projet ANR BDL) parlera des images élaborées lors des missions astronomiques françaises en Argentine pour l’observation du passage de Vénus et la préparation de la Carte du Ciel.

Voici le résumé de la conférence de Marina Rieznik : “Propongo una reflexión en torno a la utilización de las imágenes técnicas como fuentes para la historia de las ciencias. Examinaré dos trabajos científicos realizados en la Argentina (el pasaje de Venus de 1882 y la Carte du Ciel desde fines del siglo XIX) que requirieron de la confección de imágenes técnicas, ya fuesen estas registros gráficos, fotos o dibujos. Analizaré como fuentes estas imágenes, pero además las instrucciones y reflexiones sobre las mismas hechas antes durante y después de su producción. Asimismo, consideraré imágenes producidas en otros países que integraron parte del repertorio visual contextual de aquellas imágenes producidas en la Argentina. Para entender el contexto de producción y circulación de estas placas fotográficas, registros gráficos y dibujos, así como la transformación de sus funciones – tan variables hacia fines del siglo XIX – debemos tener en cuenta lo que ha advertido Galison. Es complicado analizar las transformaciones en las prácticas científicas en tanto cada movimiento implica nuevas conexiones entre subculturas teóricas, instrumentales y experimentales, entre otras. Entre otras deben considerarse, en los casos aquí propuestos, no sólo las tradiciones de trabajo diferenciadas según las competencias entre naciones, sino los problemas de desarrollo desigual y combinado de las naciones participantes en el entramado del trabajo astronómico internacional. Teniendo en cuenta estos parámetros, reflexionaré sobre el carácter fluctuante del valor epistémico de las diferentes imágenes (mapas celestes, dibujos, registros gráficos y fotos) en la elaboración de los resultados de las redes de trabajo astronómico de la época. Finalmente, propondré una comparación con otras formas de trabajar las imágenes mediadas por los instrumentos, introducidas en otros ámbitos de la comunidad científica de la época, para pensar qué elementos de una cultura visual más amplia traspasaban explícita o implícitamente a las instrucciones propuestas para construir las imágenes astronómicas. Para ello se analizarán además cuestiones relativas a la composición técnica y estética de las imágenes tratadas”.

Plus de détails du Workshop à cette adresse : https://dialogosimagenesastronomicas.wordpress.com/

Organisation du Workshop “Scientific Illustrations: Technique And Aesthetic in the Production of Images and Scientific Knowledge” par Marina Rieznik et Carla Lois, 6-7 décembre 2018

Geography Institute of the Faculty of Philosophy and Letters of the University of Buenos Aires on December 6th and 7th, organized by Dr. Carla Lois and Dr. Marina Rieznik (projet ANR BDL)

Marina Rieznik (Conicet, UBA& UNQ, Argentine, membre du projet ANR BDL) nous adresse la présentation du Worshop qu’elle organise avec Carla Lois à l’Universidad de Buenos Aires : “The place of images in the production, circulation, and teaching of scientific knowledge is being revisited from various disciplines-history of art, geography and architecture such as biology, neurosciences,geography and meteorology, among many others. On the one hand, there is arevalidation of the image as a device for thinking. On the other hand, there isa revalidation for the “illustration” genre that until recentlyseemed limited to decorating text without fulfilling any specific cognitivefunction.

The Grupo de Historia y Epistemología de las Cartografías e Imágenes Técnicas [Group of History and Epistemology of the Cartographies and TechnicalImages] (https://ghecitffyluba.wixsite.com/misitio) gathers an interdisciplinary group of researchers that, in this workshop, intends to debate the nature and the functioning mechanisms of scientific illustrations as “images”. From the complexity of the senses involved in the concept of image, issues arise that cross diverse practices, both scientific and artistic: for example, Francastel defends the existence of a “plastic language” that expresses a specific form of thought irreducible to others, manifested in an activity both intellectual andmanual, and a production of objects in which the perceived, the real and the imaginary intersect. More recently, Bredekamp has stated that “the image[…] is an active means of thinking”. On the other, it is unavoidable to investigate the link between the image and visuality (with the potential to generate modes of visualization), both in its generation and in the different ways of expression that enable its first circulation and its subsequent diffusion.

It is assumed as a starting point that, in general, the images of science – or scientific images – are considered the technical images par excellence: sometimes this conception is based on the premise that many of them they are generated by apparatuses (being the paradigmatic case the photography). However, from our perspective, one of the elements that defines the technical nature of images is specific a way of thinking that articulates different languages and degrees of abstraction. Artists and scholar from differentdisciplines will discuss these topics by analizing specific study-cases”.

Programme du colloque international “Le Bureau des longitudes au prisme de ses procès-verbaux (1795-1932)”

Le Bureau des longitudes au prisme de ses procès-verbaux (1795-1932)

Colloque international organisé dans le cadre du projet ANR BDL 1795-1932

11 décembre 2018

Salle J.-F. Denisse (Observatoire de Paris)

Inscriptions obligatoires auprès de Martina Schiavon et Laurent Rollet

martina.schiavon@univ-lorraine.fr ; laurent.rollet@univ-lorraine.fr

Programme

9h00 café accueil

9h30 – Ouverture de la journée 

9h45 – Rossella Baldi & Richard Stanning. Le Bureau des longitudes et le chronomètre du président Bochard de Sarron

10h05 – Frédéric Soulu. Théodolite contre sextant

10h25 – Olivier Sauzereau. Le contrôle des chronomètres de marine dans les ports français, le rôle du Bureau des longitudes

10h45 – Discussion générale

11h00 – Pause

11h30 – Daniel Belteki. Nineteenth-Century meridian instruments and the Bureau des longitudes

11h50 – Gianenrico Bernasconi. Électricité, précision et communication dans les procès-verbaux du Bureau des longitudes au 19esiècle

12h10 – Céline Fellag Ariouet. Charles-Édouard Guillaume et le Bureau des longitudes : les relations avec le Bureau international des poids et mesures

12h30 – Discussion

12h45 – Buffet sur place

14h00 – Suzanne Débarbat & Pierre Bauer. Le Mètre, de l’Académie Royale des Sciences au Bureau des longitudes

14h20 – Claude Boucher. Les géodésiens et le Bureau des longitudes

14h40 – Richard Dunn. The View from Paris: Nineteenth century British Science from a French prism

15h00 – Frédérique Rémy. Le Bureau des longitudes et les explorations polaires

15h20 – Discussion

15h35 – Pause

16h00 – Fernando B. Figueiredo. The astronomical ephemerides of Coimbra and other notices in the procès-verbaux of the Bureau des longitudes in the first half of the 19thcentury

16h20 – Yamina Bettahar. Des activités scientifiques au cœur de l’entreprise coloniale en Algérie : Le cas de l’Institut Météorologique du Globe dans ses relations avec l’Observatoire saharien Jules Carde (1868-1932)

16h40 – Françoise Le Guet Tully. Le Bureau des longitudes et « L’observatoire Bischoffsheim »

17h00 – Discussion et conclusion de la journée


Seminario internacional, Santiago de Chile

Le 27 et 28 septembre 2018, Marina Rieznik a participé au Séminaire international La construction global du ciel. Réseaux astronomiques mondiaux, institutions locales. Cette rencontre s’est tenue à l’Universidad de Chile (Santiago de Chili). Marina Rieznik a parlé des expéditions françaises en Patagonie. 

Flyer du séminaire tenu au Chili.

Colloque “Le Bureau des longitudes au prisme de ses procès-verbaux (1795-1932)”

Dans le cadre du projet ANR « Le Bureau des longitudes (1795-1932) : de la Révolution française à la Troisième République », nous organisons un colloque qui portera sur Le Bureau des longitudes au prisme de ses procès-verbaux (1795-1932).

Ce colloque aura lieu dans la salle J. -F. Denisse de l’Observatoire de Paris le mardi 11 décembre 2018.

Nous invitons les conférenciers à proposer des communications courtes (20 minutes) centrées sur un ou plusieurs procès-verbaux du Bureau des longitudes. Tout type d’intervention est la bienvenue, qu’elle porte sur la création du Bureau des longitudes en 1795, sur sa séparation avec l’Observatoire de Paris en 1854, sur son développement sous le Second Empire, sur le rattachement des observatoires de province aux facultés des sciences ou encore sur les périodes de Guerre (1870, 1914-1918). Il en va de même pour d’autres sujets d’études : astronomie coloniale, circulation des instruments, parcours d’un acteur ou d’un groupe d’acteurs, activités éditoriales, études comparatives, analyses disciplinaires (géodésie, métrologie, météorologie, calcul de la différence de longitude, télégraphie avec et sans fil, astronomie), etc. 

Les langues officielles sont : français et anglais. 

Ce colloque débouchera sur la publication d’un ouvrage collectif en 2020. Il consistera en une édition critique et commentée d’une sélection de procès-verbaux représentatifs de l’évolution historique de cette institution. 

Les propositions de conférences, comportant un titre et un court résumé, doivent être envoyées avant le 15 octobre 2018 à Martina Schiavon (martina.schiavon@univ-lorraine.fr) et à Laurent Rollet (laurent.rollet@univ-lorraine.fr).   

European Society for the History of Science, Londres, 14-17 septembre 2018

Martina Schiavon et Laurent Rollet ont organisé le symposium
The Bureau des Longitudes (1795-1932): Cooperation and Competition Networks qui s’est tenu à Londres le dimanche 16 septembre à l’Institut of Education.

La session du matin, introduite par Martina Schiavon et Laurent Rollet, a été suivie par deux conférences :

  • Richard Dunn, “After 1815: British science through a French prism” ;
  • Belteki, Daniel,  “A Model Instrument – Exhibiting the Airy Transit Circle at the Exposition Universelle 1855”.

Robert Fox a clôturé la session du matin.

Dans la session de l’après-midi, présidée par Robert Fox, nous avons entendu :

  • Martina Schiavon et Laurent Rollet, “1919: War and Post-War debates inside the French Bureau des longitudes”;
  • Colette Le Lay, “Hippolyte Fizeau’s fight against a magnetic explanation of sunspots and solar flares”;
  • Frédéric Soulu, “French Time and Maghreb Space: the factory of time in the empire”.

Les résumés des interventions sont disponibles ici.

Colette Le Lay parle d’Hippolyte Fizeau, membre du Bureau des longitudes.
Robert Fox présente la conférence de Frédéric Soulu.

XXXVII Scientific Instrument Symposium, Leyde et Haarlem, 3-7 septembre 2018

Le symposium de la Scientific Instrument Commission a eu lieu du 3 au 7 septembre 2018 au Rijksmuseum Boerhaave (Leyde – Pays Bas) et au Teylers Museum (Haarlem – Pays Bas). Le sujet général de la conférence portait sur Instruments and the ‘Empire of Man over Things’. 

Plusieurs membres du projet BDL 1795-1932 y ont participé, dont Richard Dunn, Pedro Raposo et Martina Schiavon.

Conférences au Teylers Museum (Haarlem)

Plus d’informations à l’adresse https://rijksmuseumboerhaave.nl/sic2018/

Argentine et Brésil dans l’observation du passage de Vénus – Expéditions françaises en Patagonie

Le 29 août 2018 Marina Rieznik présentera une conférence sur : “Las expediciones francesas en la Patagonia como entramados de política internacional” dans le cadre de la rencontre “Argentina e o Brasil na Observação do trânsito de Vênus” (http://www.mast.br/index.php/pt-br/component/content/article.html?id=4002).

Cette conférence aura lieu au Museo de Astronomia e Ciências Afinis de São Cristóvão en Brasil et elle sera accessible, à 19h (heure de Paris), à l’adresse: https://www.facebook.com/museuastronomia/.

Méthodes biographiques et prosopographiques

Le 15 juin 2018, Martina Schiavon et Laurent Rollet organisent la séance Méthodes biographiques et prosopographiques, dans le cadre de séminaires des mathématiques à l’Institut Henri Poincaré (salle 314, de 14h à 18h).

La prosopographie trouve sa source dans l’épigraphie et l’histoire ancienne. Longtemps considérée comme une discipline auxiliaire de l’histoire, consacrée à l’étude des élites sociales et politiques, elle est peu à peu sortie de ce cercle restreint pour devenir une méthode historique standard dans un grand nombre de champs disciplinaires, dont l’histoire des mathématiques. Le développement de l’informatique, des bases de données et, plus récemment, des humanités numériques, expliquent sans doute cette revalorisation. La prosopographie participe des approches biographiques qui ont été profondément renouvelées ces dernières années à travers l’étude des parcours d’acteurs « ordinaires » dont les traces historiques sont pour le moins ténues. Comment constituer une base de données prosopographique ? Quels sont les outils disponibles ? Comment constituer un corpus prosopographique ? Que nous apprennent les approches prosopographiques sur les frontières disciplinaires et sur les circulations d’acteurs ? Quel type d’histoire des sciences et en particulier des mathématiques permettent-elles d’élaborer ? Comment les valoriser ? Telles sont les questions que nous avons posées à nos quatre intervenants pour cette séance du Séminaire d’histoire des mathématique qui se conclura par une réflexion générale sur les relations entre approches prosopographiques et biographiques.

Au programme :

  • Viera Rebolledo-Dhuin, Prosopographie des gens du livre au 19e siècle. Sources, méthodes, analyses ;
  • Pierre Verschueren, Prosopographie des docteurs ès sciences (1945-1968) : sources, méthodes, problèmes ;
  • Laurent Rollet et Julien Muller : Pour une biographie de masse des acteurs des mathématiques aux 19e – 20e siècles : présentation du projet ProsopoMaths

La séance sera suivie par une discussion générale.

Loïc Petitgirard aux Archives Henri Poincaré

La septième Grande Conférence des Archives Henri-Poincaré (Université de Lorraine et Université de Strasbourg) aura lieu le mercredi 4 avril prochain : Loïc Petitgirard (Conservatoire national des arts et métiers / Laboratoire HT2S), proposera une conférence intitulée :

« Des mathématiques dans l’instrumentation, une perspective historique ».

Les mathématiques et l’instrumentation scientifique entretiennent des rapports de long terme, qui ont été profondément modifiés avec l’ordinateur, depuis le milieu du 20ème siècle. Mais cet instrument particulier ne doit pas occulter ceux qui ont servi à représenter graphiquement et élaborer des solutions, ou encore les instruments utiles dans une perspective heuristique ou pour poser des conjectures. L’exposé est une invitation à explorer cet « à côté » de l’ordinateur, depuis 1950, en suivant la transition entre technologies analogiques et numériques dans l’instrumentation. On partira de l’exemple de l’optique et de la spectroscopie qui ont intégré les mathématiques de Fourier, pour imaginer de nouveaux instruments, d’abord analogiques puis numériques. On pourra revenir sur les questions d’analyse (mathématique et physique) des systèmes dynamiques non linéaires, pour laquelle calculs et images dépendent des possibilités offertes par les instruments. Cela permettra de cerner, dans différents lieux et contextes, les rapports bilatéraux entre des mathématiques développées pour l’instrumentation, et des instruments propres à résoudre des problèmes mais aussi à générer des outils et des savoirs mathématiques.

La conférence aura lieu à Nancy, à l’Université de Lorraine, dans la salle internationale de la Maison des sciences de l’homme Lorraine, 91 avenue de la Libération, Nancy, (3e étage, salle 324).