Séminaire “L’instrument scientifique : objet de recherche et de valorisation”, Nancy, 6 juin 2019

Organisé dans le cadre du projet ANR BDL 1795-1932.

Le séminaire aura lieu à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine, place Godefroy de Bouillon, bâtiment G, salle G04, rez-de-chaussée.

Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Le séminaire pourra être suivi en direct sur internet (pour plus de détails, écrire à Martina Schiavon).

L’histoire du Bureau des longitudes et de l’instrumentation scientifique sont intimement liées. Lors de sa création en 1795, le Bureau des longitudes est institué dépositaire de « tous les instruments d’Astronomie » de la Nation. Il est chargé de vérifier les instruments de la Marine et diffuse, en France comme à l’étranger, des instruments reposant sur l’usage du système métrique. Par la suite, alors qu’il couvre désormais un large spectre de disciplines scientifiques (dont la géodésie et les sciences de la Terre), le Bureau des longitudes jouera un rôle essentiel dans la conception et la réalisation d’une vaste gamme d’instruments scientifiques, en s’appuyant sur la collaboration de membres appartenant aux armes savantes et « artistes ». Ainsi, les procès-verbaux du Bureau des longitudes (http://bdl.ahp-numerique.fr/) témoignent, et sur la longue durée, de formes diverses d’investissement dans la conception, la fabrication, le test, la diffusion, etc. d’une grande variété d’instruments scientifiques.

Lors de cette rencontre d’une demi-journée, nous nous proposons d’interroger la définition d’instrument sur la longue durée. Notre propos est double. D’une part, il s’agira de questionner l’histoire d’un « objet » en relation à la richesse des procès-verbaux du Bureau des longitudes : comprendre les difficultés de conception ; identifier les constructeurs ; leur associer les lieux et usages ainsi que les améliorations et/ou adaptations conçues par des acteur.s et/ou de communautés variés ; étudier les réseaux de diffusion en France et à l’étranger, les enjeux de concurrence et de rivalités, etc. D’autre part, nous réfléchirons aux diverses manières de valoriser un patrimoine instrumental en prenant en compte en particulier la réalisation d’un tableau d’instruments scientifiques (ceux qui sont cités dans les procès-verbaux du Bureau des longitudes) et, plus généralement, la numérisation 3D.

PROGRAMME :

14h00 – 14h45 : Thierry Bonnot (CNRS/IRIS), « La biographie d’objets : études de cas, méthodes et cadre théorique » 

15h00 – 15h45 : Frédéric Soulu (Archives Henri Poincaré – PReST), « Les instruments scientifiques au Bureau des longitudes : enjeux et difficultés de la création d’une base de données »

16h00 – 16h45 : Loïc Jeanson (Centre François Viète) avec la participation d’Amandine Bérard (Centre François Viète), « Modélisation numériques des cercles méridiens, exemples d’exploration et d’exploitation »

17h – 17h30 : Discussion animée par Jean Davoigneau (Mission de l’inventaire général du patrimoine culturel – ministère de la Culture)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.