Symposium de l’European Society for the History of Science

La proposition de symposium de Martina Schiavon et de Laurent Rollet dans le cadre de l’European Society for the History of Science Biennial Conference and British Society for the History of Science Annual Meeting, qui aura lieu à Londres du 14 au 17 septembre 2018, a été acceptée.

Voici le résumé du symposium « The Bureau des longitudes (1795-1932) Cooperation and competition networks »

Created in 1795, the Bureau des longitudes was an international academy devoted to science and technology: a place for collective expertise and an advisory committee for the French government. It played a primary role in the organization and development of astronomy and celestial mechanics, the adoption of the decimal metric system, the definition and implementation of times scales, the emission and transmission of time signals, the development of earth physics and dynamical geodesy and the organization of major scientific expedition. From the 19th to the 20th century, its prestigious members – scientists, military and navy officers, and precision instrument makers – organized and participated to various national and international projects: the international geodetic association, the spread of standardization and the study of units of measurement, the emission of time signals, the adoption of Greenwich meridian, … The Bureau des longitudes is thus a crucial place to study various cooperation and competition processes: from science to technology passing through military, from scientific diplomacy to politics passing through economy, and reverse. This symposium will be devoted to the analysis of these question, more precisely:

Circulation and priority conflicts about instruments and scientific discoveries / Influence of wars on scientific organizations / Cooperation, rivalry and priority dissensions / Conflicts / collaboration between amateur and expert / Editorial rivalries (for instance between La connaissance des temps and others ephemeris) / Metrology, metrical system, almanac and annuaires / Professional and institutional rivalries (scientists, military men, precision instrument makers, etc.) / Unity and discord between Center(s) and Peripher(ies)

Bibliography

Schiavon, Martina and Rollet, Laurent (eds.) (2017), Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932) (Nancy: PUN-Éditions universitaires de Lorraine).

Il est encore possible de soumettre des abstracts pour ce symposium (avant le 28 février 2018).

Découverte d’un important fonds d’archives du Bureau des longitudes


En juillet 2017, les membres du projet ANR ont découvert l’existence d’un important fonds d’archives du Bureau des longitudes dans la cave des Archives de l’Académie des sciences. Ces documents représentent environ 30 mètres linéaires d’archives. Elles permettent de compléter les informations présentes dans les procès-verbaux du Bureau des longitudes : correspondances passives et actives, journaux d’observation, documents budgétaires, inventaires d’instruments, dossier de carrière de calculateurs.

Cette précieuse ressource n’est pas accessible au public pour l’instant. Son inventaire est en cours d’élaboration.

Publication du livre « Les références de temps et d’espace »

Claude Boucher, président du Bureau des longitudes, a coordonné, en collaboration avec Pascal Willis, membre-correspondant de cette institution, un volumineux ouvrage collectif consacré aux référentiels de temps et d’espace : Les références de temps et d’espace – Un panoroma encyclopédique : histoire, présent et perspectives (Hermann 2017, 483 pages).

La présentation de la quatrième de couverture

« Les systèmes de navigations par satellite tels que GPS ou le futur système européen Galileo offrent un éventail impressionnant de possibilités nouvelles aussi bien au grand public qu’aux professionnels (navigateurs, topographes…). L’évolution du niveau des mers est un paramètre-clé du changement climatique, tant pour sa compréhension que pour son impact sociétal. L’exploration planétaire par les missions spatiales produit un nombre croissant de résultats pour la connaissance de notre Système solaire. La vérification et l’amélioration des théories de la gravitation est actuellement une activité importante de la Physique fondamentale. Un facteur commun est sous-jacent à tous ces constats : le rôle crucial des références de temps et d’espace. C’est l’ambition de cet ouvrage que d’offrir une brève encyclopédie sur ce domaine. Partant d’un panorama historique qui insiste sur l’évolution des concepts, il aboutit à une présentation de l’état actuel, illustrant le rôle majeur des techniques spatiales, et surtout des horloges atomiques qui placent le temps comme élément fondamental sur le plan métrologique. »

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Journée de la Revue d’histoire des mathématiques à l’Institut Henri Poincaré (1 décembre 2017)

Le 1er décembre 2017 l’Institut Henri Poincaré a accueilli la journée d’études de la Revue d’histoire des mathématiques. Laurent Rollet (Archives Henri Poincaré) y a donné une conférence sur l’histoire du Bureau des longitudes durant la Première Guerre mondiale : « 1914-1918 : Le Bureau des longitudes dans la Guerre et la redéfinition de l’internationale scientifique ».

Plus de détails sur cette journée, voir ici.

Publication d’un ouvrage sur l’histoire du Bureau des Longitudes

Martina Schiavon et Laurent Rollet ont coordonné un ouvrage dédié à l’histoire du Bureau des longitudes.

Intitulé Pour une histoire du Bureau des Longitudes, ce livre collectif rassemble les contributions de neuf chercheurs français et étrangers. Il est publié aux Presses Universitaires de Lorraine – Editions universitaires de Lorraine, dans la collection « Histoire des institutions scientifiques ». Ce livre fait suite à plusieurs opérations de recherches menées au sein des Archives Henri Poincaré et de la Maison des sciences de l’Homme Lorraine.

Pour plus de détails et pour toute commande voir ici.

Quatrième de couverture

Qu’est-ce que le Bureau des longitudes? Peu connue du grand public, cette institution a été créée en 1795, à l’initiative de l’abbé Grégoire. Au cours de ses 222 années d’existence, elle a accueilli des grands noms de la science française (Pi erre-Simon de Laplace, Jérôme de Lalande, Henri Poincaré, Louis de Broglie) ainsi que des militaires, des navigateurs et des fabricants d’instruments. Elle a été un lieu de savoir hybride, à mi-chemin entre une académie scientifique et un espace d’administration des sciences et des technologies. Jusqu’en 1854, le Bureau des longitudes a exercé une tutelle administrative et scientifique sur l’Observatoire de Paris et sur l’ensemble de l’astronomie française. À ce moment-là, son histoire traverse déjà celle de l’astronomie, de la navigation, de la géodésie, de la mécanique céleste, de la cosmologie, des sciences physiques ou de la métrologie. Vers la fin du 19e siècle, ses compétences s’élargissent même aux domaines de la physique du globe et de la géodésie dynamique. L’objectif de cet ouvrage est de poser des jalons pour une histoire du Bureau des longitudes, de la Révolution française à la Troisième République. Les contributions rassemblées ici explorent quelques aspects de cette histoire: son rôle dans l’administration, le contrôle et l’expertise des sciences mathématiques et astronomiques, son rayonnement international et ses représentations dans l’espace public et culturel.

Table des matières

Introduction

Nicole CAPITAINE (Bureau des Longitudes) : Préface

Martina SCHIAVON et Laurent ROLLET (Université de Lorraine / Archives Henri Poincaré / MSH Lorraine) : Pour une histoire du Bureau des longitudes (1795-1932)

Suzanne DEBARBAT (Bureau des Longitudes, Observatoire de Paris) :  L’évolution administrative du Bureau des Longitudes : une approche par les textes officiels

Expertiser, Administrer, Contrôler

Guy BOISTEL (Université de Nantes, Centre François Viète) : Profession calculateur du Bureau des Longitudes et de la Connaissance des temps. Du (presque) bénévolat à la professionnalisation, 1795-1905

Jean-Marie FEURTET (Agence bibliographique de l’Enseignement Supérieur, Montpellier) : Une lente mise en orbite : l’observatoire de Marseille et le Bureau des Longitudes (1795-1822)

Nicolas POUVREAU (Université de Nantes, Centre François Viète, Service hydrographique et océanographique de la Marine) : Les mesures du niveau de la mer à Brest d’hier à aujourd’hui : l’observatoire méconnu du Bureau des Longitudes.

Perspectives internationales

Fernando B. FIGUEIREDO (Astronomical Observatory, Department of mathematics, University of Coimbra) :  Astronomical and Nautical Ephemerides in late 18th Century Portugal

Karel DAVIDS (Vrije Universiteit Amsterdam, Faculté of Arts) : Florijn, Van Swinden and the Longitude Committee (1787-1818)

Richard DUNN (National Maritime Museum, Greenwich) et Rebekah HIGGITT (University of Kent, School of history) : The Bureau and the Board – Change and Collaboration in the Final Decades of the British Board of Longitude

Le Bureau des Longitudes dans l’espace public

Colette LE LAY (Université de Nantes, Centre François Viète) : Lalande, Arago et les comètes : utiliser les peurs pour les combattre ?

Frédérique Rémy (Observatoire Midi-Pyrénées, Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales) : Le Bureau des Longitudes et les glaces polaires au 19e siècle

La Première Guerre mondiale et le Bureau des longitudes au colloque « Académies en guerre » (8-9 juin 2017)

L’université de Lorraine a accueilli à Metz, les 8 et 9 juin, un colloque international intitulé « Les académies d’Europe et la Première Guerre mondiale (1914-1925) ». Celui-ci constituait la seconde partie d’un cycle de conférences co-organisées par la Nationale Akademie der Wissenschaften Leopoldina, l’Académie des sciences et la Royal Society (pour le détail du programme, voir ici).

Le comité scientifique était composé de Claude Debru (Paris), Wolfgang Eckart (Heidelberg), Robert Fox (Oxford), Rainer Godel (Halle an der Saale) et de Keith Moore (Londres). Le comité d’organisation était dirigé par Gerhard Heinzmann et Philippe Nabonnand (Archives Poincaré).

Dans le cadre de cette manifestation, Laurent Rollet, maître de conférences en histoire des sciences aux Archives Henri Poincaré (CNRS/Université de Lorraine), y a présenté les premiers résultats de ses travaux sur le fonctionnement du Bureau des longitudes durant le premier conflit mondial. Son intervention était intitulée « Les échos de la Guerre au Bureau des longitudes (1914-1918) ».

Un autre membre du projet ANR, David Aubin, professeur d’histoire des sciences à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris), est également intervenu sur le thème : « Les mathématiciens et la guerre à l’Académie des sciences ».

Colloque du 22 novembre 2016 : « Le Bureau des Longitudes (1795-1932) : de la valorisation de ses archives à l’étude de son histoire »

Le 22 novembre 2016 a eu lieu , à l’Observatoire de Paris, dans la salle Cassini, le colloque inaugural du projet ANR « Le Bureau des Longitudes : de la Révolution Française à la Troisième République (1795-1932) ».

Ce colloque visait deux objectifs principaux :

  1. Clore le projet de numérisation BSN5-2013 des procès-verbaux du Bureau des longitudes à travers la présentation des grandes étapes et du site web dédié à leur valorisation.
  2. Réunir le consortium de 35 chercheurs qui participeront au projet ANR de 2016 à 2021.

Colloque de clôture du projet de numérisation des procès-verbaux du Bureau des longitudes

L’ensemble du corpus constitué par les procès-verbaux des séances du Bureau des longitudes de 1795 à 1932 a été numérisé dans le cadre du projet BSN5 2013 – Numérisation des procès-verbaux du BDL 1795-1932 : les 22 000 feuillets sont désormais disponibles sur le site http://bdl.ahp-numerique.fr/. Ce projet a été réalisé entre janvier 2014 et septembre 2016 grâce à un partenariat étroit entre le Bureau des longitudes, porteur du projet, l’Observatoire de Paris et la Maison des sciences de l’Homme Lorraine & le Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie – Archives Henri Poincaré (Université de Lorraine). Le colloque avait pour but de présenter les grandes étapes de réalisation du projet et de présenter le site web qui donne accès aux procès-verbaux en ligne.

NB : Composition du comité de pilotage du projet : Comité composé de P. Baüer et N. Capitaine (chef de projet) pour le Bureau des longitudes, L. Bobis et A. Laurenceau pour l’Observatoire de Paris, M. Schiavon et L. Rollet pour l’Université de Lorraine et J.-M. Feurtet comme expert indépendant.

Programme du colloque

Allocutions d’ouverture de Claude Catala, président de l’Observatoire de Paris, et de Claude Boucher, président du Bureau des longitudes

Première partie : la préparation, restauration et numérisation des procès-verbaux du Bureau des longitudes

Nicole Capitaine (Bureau des longitudes et Observatoire de Paris – Syrte) – Présentation du corpus et du projet BSN5

Amélia Laurenceau (Bibliothèque de l’Observatoire de Paris) – Préparation matérielle, technique et intellectuelle du corpus

Alain Courgey (Direction informatique et Bibliothèque de l’Observatoire de Paris) – Aspects informatiques et contrôles qualité

Seconde partie : conception du site web et mise en ligne des procès-verbaux du Bureau des longitudes

Pierre Couchet (Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie – Archives Henri Poincaré) – Développement informatique du site, gestion des métadonnées et archivage des fichiers (début de la présentation commune)

Julien Muller (Maison des sciences de l’Homme Lorraine) – Mise en ligne des procès-verbaux et présentation du site web (seconde partie de la présentation commune)

Colloque de lancement du projet ANR BDL 1795-1932. Le Bureau des longitudes (1795-1932) : de la Révolution française à la Troisième République

Le projet ANR BDL1795-1932 – Le Bureau des longitudes (1795-1932) : de la Révolution française à la Troisième République réunit dans un partenariat étroit trois institutions : la Maison des sciences de l’Homme Lorraine (Université de Lorraine), le Bureau des longitudes et le Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie – Archives Henri Poincaré (Université de Lorraine). Codirigé par Martina Schiavon (coordinatrice du projet ANR BDL1795-1932 et responsable scientifique pour la Maison des sciences de l’Homme Lorraine), Nicole Capitaine (responsable scientifique pour le Bureau des longitudes) et Laurent Rollet (responsable scientifique pour le Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie-Archives Poincaré), ce projet ANR rassemble une équipe de 33 chercheurs français et étrangers dont le propos est d’écrire une histoire collective et interdisciplinaire du Bureau des longitudes en situant cette institution dans son contexte international. Lors de cette demi-journée, une première partie a été consacrée à l’organisation quadriennale du projet ainsi qu’à la présentation des actions prévues dans le cadre du programme d’enrichissement du fonds numérique et de sa valorisation. Dans un deuxième temps, les chercheurs engagés ont illustré les études disciplinaires proposées dans le cadre du projet.

Allocution de Sylvie Camet, directrice de la Maison des sciences de l’Homme Lorraine, et de Philippe Nabonnand, directeur du Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie – Archives Henri Poincaré

Martina Schiavon & Laurent Rollet (Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie – Archives Henri Poincaré et Maison des sciences de l’Homme Lorraine) – Présentation du projet ANR et de son fonctionnement

Colette Le Lay & Guy Boistel (Centre François Viète, Université de Nantes) – Propositions de valorisation des procès-verbaux

Nicole Capitaine (Bureau des longitudes et Observatoire de Paris – Syrte), Jacques Laskar (Bureau des longitudes et Observatoire de Paris – IMCCE) & Frédérique Rémy (Bureau des longitudes et Observatoire Midi-Pyrénées – Legos) – Positionnement du Bureau des longitudes dans le projet

Le comité de pilotage de l'ANR (Nicole Captaine, Laurent Rollet et Martina Schiavon)

Le comité de pilotage du projet ANR :
Nicole Capitaine, Laurent Rollet et Martina Schiavon